top of page
  • LinkedIn
  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • strava_symbol_white_edited_edited
  • Amazon
  • LinkedIn
  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • strava_symbol_white_edited_edited
  • Amazon
  • Photo du rédacteurXavier Jourson

Le fameux FLA-FLU, le classico des classiques 



 

En allant dans ce cher pays qui n’est autre que le brésil, mon rêve d’enfant a pris forme, me rendre dans la Mecque du football, le Maracana.

Sachant que le championnat n’avait pas encore débuté, le paradoxe de cette belle histoire, c’est ma future épouse qui m’annonce que le plus gros derby du brésil sera deux jours après notre arrivée…

L’excitation est à son comble mais premier problème, je n’ai pas de place, deuxième problème, il ne nous est pas permis d’acheter les billets en ligne, et je reconnais que faire sans internet n’est plus très instinctif.

Sans me démonter, je questionne toutes les personnes que nous rencontrons, je les harcèle de questions, je suis déterminé à y aller! Mais pourquoi autant d’envie, pourquoi?

Ce n’est autre que le fameux FLA-FLU, la classe bourgeoise, contre la classe ouvrière.

Flamengo est l'un des clubs les plus populaires du Brésil, avec une base de fans immense et passionnée. Le club a remporté de nombreux titres nationaux et internationaux au fil des ans, ce qui en fait l'une des équipes les plus titrées du pays. Fluminense, de son côté, a également une longue histoire et a connu son lot de succès au cours des décennies passées.

Les deux clubs sont les plus importants de Rio, tout est mis en œuvre pour que le classico soit fort, les médias, les fans, la ville et même les joueurs de façon interposée.

Les places partent vite, alors à deux jours du match nous décidons de nous rendre directement au club de Fluminense sur les conseils des locaux; nous sommes déterminés nous souhaitons voir le Fla-FLu.



A l’ancienne, une fois arrivés sur place, c’est par le biais d’une meurtrière que nous récupérons les deux places.

Samedi 16 mars, nous voilà en route pour le temple du Maracana, et là c’est la claque ultime et les frissons garantis. Trois heures avant fans et police sont arrivées déjà en masse, je ne tiens plus je veux entrer dans l’arène !



Je ne suis pas déçu, le stade est big et les chants raisonnent pendant 90 minutes, et même si le score n’était pas en rendez-vous, quelle ambiance, quelle ambiance…surtout la communion entre les supporters de notre tribune aux couleurs de Fluminense.




C’est une vérité, les gens ici vivent le foot de façon démultipliée J’ai vécu une vraie expérience qui m’amène déjà à me rêver du derby de Boca junior en Argentine…

Affaire à suivre...

Comentarios


bottom of page